retour à l'accueil
retour aux ouvrages


Eloge de l'autonomadie

Photo: 1h du matin, sur la route du Cap Nord, Norvège, juin 1986.

PLUS D'INFOS

Un essai d'anthropologie - engagée et impliquée - sur la route, le voyage, le tourisme, ainsi que sur le nomadisme et l'autonomie...

ROUTES

Photo: le village de Castellane-di-Mercurio, Corse, décembre 2008.


Routes. Mythiques ou mystiques, fascinantes et meurtrières, libératrices et oppressantes, chemins verts ou autoroutes polluées, elles ne peuvent laisser indifférentes. Ceux qui les prennent n'en reviennent jamais indemnes. Ce livre traite de la route, certes, mais également du voyage, du nomadisme et de l'autonomie. Il propose une anthropologie, personnelle et iconoclaste, à la fois interdisciplinaire et engagée. Une analyse dense des pratiques et usages des chemins du monde qui se veut aussi un éloge de " l'autonomadie ", doux mélange du nomadisme et de l'autonomie.

Au-delà de l'usage et de l'usure du voyage, cet ouvrage interroge le touriste-voyageur indépendant d'aujourd'hui sur le sens de ses motivations et de ses actes, il rencontre l'errant sous toutes ses formes, il explore les sentiers plus ou moins glorieux des routes, des pistes reconnues aux itinéraires délaissés. Il interpelle également le mythe du voyage, l'univers du tourisme prédateur, le fantasme du nomadisme, et présentent les sociétés actuelles en proie à un sentiment d'individualisme maladif et désœuvrées face au défi de la mondialisation et aux ravages du capitalisme. Cette " immondialisation " oppresse les contemporains comme autrefois la colonisation ou l'impérialisme opprimaient les populations dominées. Les dominants ont changé de visage mais pas de méthode, et les libertaires d'ici, les nomades d'ailleurs, les résistants de toujours, sont les premiers à payer le prix de la normalisation politique et de l'uniformisation culturelle.

Routes entend analyser l'état du monde du voyage, explorer de nouvelles pistes, décentrer notre regard grâce à l'autonomadie, proposer une anthropologie de la route à la fois impliquée et sans langue de bois, bref nous avons ici un essai sur le voyage qui pourrait bien nous aider à retrouver le chemin de l'hospitalité propre au nomadisme et de la dignité chère à l'autonomie. Cette autre voie salutaire est une manière, via l'écrit et la mobilité, de choisir la vie et non la survie. Pour rédécouvrir un autre sens du voyage. Le nomade circule grâce au détour, il n'a que faire du sens unique: déterminé et souverain, le nomade s'adapte aux lieux et aux contextes, il se rend quelque part sans jamais se rendre à quelqu'un. Il a donc beaucoup à nous apprendre... Tout comme l'esprit du voyage.

 


Quelques clichés au détour des routes du monde... et les couvertures auxquelles vous avez échappées!

La route plongeante, Pulau Weh, Aceh, Indonésie (2008). Pour certains, la tragédie du tsunami semble déjà loin...

La route montante qui mène au Machu Picchu, Pérou (1988). En vingt ans, ce chemin devenu route très prisée par les touristes a bien changé...



La route bien entourée, Muncan, Bali, Indonésie (2006). La voie de la liberté où toute la beauté du monde s'enlace en harmonie entre terre, ciel et eau...

 


Galères sympathiques de la route nord-américaine...

 

L'auto-stop aux Etats-Unis ou l'usure au moins autant que l'usage de la route...
Californie, 1987 .

Déroute au Grand Nord, surprises et rencontres étonnantes... Alaska, 1991.

 


A Bali, la déroute est au bord des chemins de traverse...

EN HAUT: Les voies pénétrables et encombrées du tourisme international, sud de Bali, Indonésie (2008)

A DROITE: La voie pavée des marcheurs, Ubud, Bali (2007)

 



ROUTES...

...c'est la version unifiée, réactualisée et considérablement augmentée des deux ouvrages épuisés ci-dessous :

Voyage au bout de la route